• 29 décembre 2010 : présentation du projet à M. le Maire
  • 8 mars 2011 : première opération de bornage par les géomètres
  • 2 mai 2011 : création de la société d'exploitation
  • 20 mai 2011 : nouvelle délimitation des parcelles par les géomètres
  • 29 juillet 2011 : arrêté de non-opposition de la Mairie à la création de la parcelle du moulin
  • 29 décembre 2011 : signature d'un compromis d'acquisition du site
  • 10 avril 2012 : acte authentique d'acquisition
  • Mai 2012 : création du site web
  • 15 Juin 2012 : réunions terrain avec plusieurs corps de métiers
  • 30 juillet 2012 : réunion police de l'eau
  • 1er août 2012 : mesures topographiques sur site
  • 6 août 2012 : demande de soutien au Conseil Régional Champagne Ardenne et à l'ADEME pour la réalisation d'une étude de faisabilité
  • 3 septembre 2012 : installation d'un portillon sur la passerelle
  • 7 septembre 2012 : finalisation des plans topographiques
  • 3 octobre 2012 : accusé de réception du Conseil Régional Champagne Ardenne et de l'ADEME
  • 29 octobre 2012 : envoi à la Préfecture de l'Aube du dossier de reconnaissance du droit fondé en titre
  • 12 novembre 2012 : première version de l'étude de faisabilité
  • 12 novembre 2012 : droit fondé en titre reconnu par la DDT de la Préfecture de l'Aube
  • 4 décembre 2012 : finalisation de l'étude de faisabilité
  • 11 février 2013 : décision de la Commission Permanente de la Région Champagne-Ardenne d'accorder un soutien conjoint avec l'ADEME à l'étude de faisabilité du projet
  • 24 juin 2013 : réunion sur site avec diverses administrations
  • 17 octobre 2013 : envoi du projet de passe à poissons à l'ONEMA
  • 6 janvier 2014 : envoi du porter à connaissance à l'administration
  • 13 janvier 2014 : travaux de maintenance sur les crics de vannes
  • 30 janvier 2014 : demande de CODOA envoyée à l'administration
  • 4 février 2014 : obtention du CODOA
  • 1 avril 2014 : envoi d'une nouvelle version du porter à connaissance à la DDT et à l'ONEMA
  • 23 avril 2014 : accusé de réception du dossier par la DDT de l'Aube
  • 23 juin 2014 : lettre d'accord de la DDT pour la réalisation des travaux
  • 12 juillet 2014 : réunion avec M. le Maire pour l'informer de l'avancée du projet
  • 14 août 2014 : demande de raccordement envoyée à ERDF
  • 22 octobre 2014 : réunion avec l'Architecte des Bâtiments de France
  • 23 octobre 2014 : dépôt de la demande de permis de construire
  • 22 novembre 2014 : demande de pièces complémentaires de l'administration
  • 26 novembre 2014 : avis favorable de l'architecte des Bâtiments de France
  • décembre 2014 : dépôt de pièces complémentaires pour le permis de construire
  • 10 mars 2015 : refus du permis de construire
  • 1er avril 2015 : retrait de la demande de PC
  • 3 juin 2015 : envoi de la demande de CODOA
  • 22 juin 2015 : réunion avec ERDF sur le raccordement électrique
  • 22 juillet 2015 : réception de la PTF de raccordement d'ERDF
  • 16 avril 2016 : mention du projet de Verrières dans un reportage de France 3 sur le Moulin de Courteron (voire section 09. revue de presse)
  • 25 mai 2016 : mise en ligne du projet sur la plateforme d'épargne participative Lumo (http://www.lumo-france.com) dans l'optique de permettre à des citoyens intéressés de participer au financement du projet sous la forme de la souscription d'obligations
  • Octobre 2016 : essais de sols
    • Des essais de sols vont être réalisés afin de préparer les travaux de génie civil. Ils seront réalisés par la société Fondasol de Reims.
    • Techniquement, une foreuse va procéder à 3 sondages à très faible profondeur (10 mètres, diamètre 64 mm). Des échantillons (cuttings) seront prélevés au fur et à mesure de l’avancement des sondages et mis en sacs, pour identification lithologique par l’ingénieur géotechnicien. Ils permettront d'affiner la connaissance de la géologie du site, la compacité des horizons rencontrés et les niveaux d’eau.
    • Les caractéristiques de portance et de déformabilité des sols seront estimés à partir de 27 essais pressiométriques répartis tous les mètre dans les forages précédents.
    • Planning prévisionnel : lundi 3/10 : implantation des points de sondages ; mardi 4/10 : réalisation des sondages (sous condition qu’aucun retard ne soit prit sur le chantier précédent)
    • Ces petits forages génèreront quelques bruits, vibrations et un peu de poussière, nous présentons nos excuses pour les éventuels désagréments qui ne dureront que quelques heures
  • 21 novembre 2016 : réunion préparatoire au lancement de chantier avec la DDT, merci à tous les participants pour leur contribution
  • 22 novembre 2016 : démarrage de la préparation du chantier. Pour information, la première étape est le batardage, c'est à dire la mise à sec d'une partie du bief avec la constitution de digues appelées batardeaux:
    • un batardeau environ 80 m en amont du vannage
    • un batardeau sur le gué en aval
    Ces travaux sont réalisés par l'entreprise Alexandre Réaut Terrassement, basée à 10250 Courteron, réputée pour son savoir faire et son sérieux.

    Crédits photos : Alexandre Réaut, avec nos remerciements
  • 12-16 décembre 2016 : tentative infructueuse de pêche électrique
    • La pêche électrique, ou pêche de sauvegarde, vise à retirer les poissons qui pourraient avoir été pris au piège lors de la mise en place des batardeaux
    • C'est une opération effectuée par la Fédération de la Pêche, que nous remercions, mais qui nécessite une faible profondeur d'eau
    •  Pour cela, un pompage est nécessaire afin de contrebalancer les infiltrations d'eau
    • La première tentative a été infructueuse en raison de l'ampleur des infiltrations
      • du lundi 12 décembre au  mercredi 14 décembre, 2 pompes de respectivement 75m3/h et 300m3/h ont été mises en œuvre
        jeudi 14 décembre, une 3ème pompe de 150m3/h a été ajoutée
      • vendredi 15 décembre, lors du rendez-vous avec les équipes de la Fédération de pêche, le niveau d’eau, n’a pas pu être suffisamment descendu pour atteindre les 80 cm nécessaire en raison de l’arrivée d’eau importante depuis l’ile et les berges
    • En attendant une nouvelle tentative, la fosse est alimentée en eau fraiche donc il n'y a pas d'impact 
  • 13 décembre 2016 : réception des rapports des essais de sol
  • 18 décembre 2016 : visite de chantier : photo du batardeau amont et du bief asséché
  • 26 décembre 2016 : plusieurs personnes demandent si ce projet fera l'objet d'un financement participatif.
    • C'est l'intention des porteurs de projet de financer ce projet par ce biais, en plus d'un prêt bancaire classique et des fonds propres. En effet, le financement participatif permet d'impliquer les citoyens de la région et d'ailleurs, de sensibiliser à la problématique énergie-climat et de promouvoir la microhydraulique, tout en offrant un investissement intéressant
    • Ce financement participatif se fera par l'intermédiaire de la plateforme Lumo qui a déjà consacré une page au projet à l'adresse : https://www.lumo-france.com/projets/verrieres
    • La levée de fonds proprement dite aura lieu dans quelques mois, mais il est d'ores et déjà possible de s'inscrire pour être tenu(e) informé(e) sur le site web de Lumo
  • juin 2017 : avancement du terrassement : le canal d'amenée a été bien nettoyé :

    L'amont des vannes est bien dégagé :

    Un chemin pour que les engins puissent descendre dans le lit du canal a été aménagé à l'endroit où se trouvera l'entrée du passage d'eau :

  • 10 juillet 2017 : le canal étant mis à sec, des engins peuvent facilement accéder à l'ile ce qui a été mis à profit pour faire un grand nettoyage de la jungle qui s'était développée depuis des décennies ! Le cahier des charges de l'intervention est très strict :
    • Il s'agit de réaliser l'entretien, la sélection et l'évacuation de la bande riveraine des végétaux se trouvant sur tout le pourtour de l'ile
    • Les interventions varient en fonction des essences rencontrées : pour les saules, mise en têtards des pieds à 1,5 mètres de hauteur ; pour les aulnes, recépage des brins ;pPour frênes, abattage contrôlé ; les frênes atteints de la chalarose doivent être abattus systématiquement
    • le bois va être valorisé en plaquettes, afin de conserver l'esprit écologique du chantier
    Vue d'un des passages dégagés sur l'ile :

    Le bois est temporairement stockés en grands tas :

    C'est beaucoup plus impressionnant en comparant à la taille d'un homme (en blanc au fond) :

  • 12 juillet 2017 : lancement de la campagne de financement participatif sur la plateforme Lumo. Compte tenu de l'intérêt fort soulevé par le projet (près de 350 manifestations d'intérêt), les personnes intéressées ne doivent pas trop tarder.
  • 14 août 2017 : Parution d'un article dans le numéro 7720 des Petites Affiches Matot-Braine, à retrouver dans la section "revue de presse" du site
  • 28 août 2017 : Photos du chantier après la pause de l'été
    Les grumes de bois sont progressivement ébranchées et emportées pour valorisation :

    Le faible débit de l'eau sur le déversoir montre combien la région souffre de sécheresse cette année :

    L'emplacement de la microcentrale est maintenant bien dégagé :

    La mise à sec précoce de la zone a permis de réaliser un diagnostic précis et d'ajuster le programme des travaux : en raison de l'absence de turbinage pendant des années, l'eau chutant a affouillé et fragilisé le soubassement des vannes, comme visible sur la photo. Pour y remédier, du béton sera injecté afin de garantir une bonne stabilité dans la durée.

  • 13 septembre 2017 : date de démarrage probable de la pose des palplanches ; les travaux sont prévus pour environ 2 semaines et pourraient générer un peu de bruit ; nous présentons nos excuses pour l'éventuelle gêne qui pourrait être ressentie
  • 27 septembre 2017 : l'évacuation pour valorisation du bois s'achève progressivement.

    La pose des palplanches se termine : les palplanches sont des planches en acier qui sont introduites verticalement dans le sol (le "battage") et s'enclenchent l'une dans l'autre formant ainsi un ensemble étanche.
    A Verrières, les palplanches sont utilisées pour 2 objectifs selon les endroits du chantier : d'une part isoler de manière étanche la zone où les travaux de construction de la microcentrale auront lieu ; d'autre part former un coffrage perdu pour les travaux de renforcement des fondations du vannage.

    (photos MTBE avec nos remerciements)
  • 11 octobre 2017 : commande à Enedis du raccordement à haute tension (20 000 Volts).
    Une "antenne" de 360 mètres de câble en aluminium de section 95 mm2 sera créée, permettant un raccordement sur la "cabine haute Verrières" située rue des abeilles, avec comme poste source en amont du raccordement St-Parres-Les-Vaudes et comme départ HTA initialement prévu Clerey.
    Une taxe très significative de contribution au renforcement du réseau électrique sera également facturée au projet (SRRRER).
  • 23 octobre 2017 : Réunion publique de présentation du projet aux habitants de Verrières, devant avec une audience intéressée. Remerciements à la commune de Verrières pour le prêt de la salle polyvalente et la communication.

  • 30 octobre 2017 : commande à la société Watec de l'aspirateur de la microcentrale (dispositif situé en sortie de turbine permettant de récupérer l'énergie résiduelle de l'eau).
  • 6 novembre 2017 : article dans l'Est Eclair (voir la section Revue de presse).
  • Novembre 2017 : Le soubassement du vannage a été refait, c'est reparti pour quelques siècles.

  • Janvier 2018 : une nouvelle crue affecte cruellement toute l'Aube.
  • Pour en savoir plus :


    Au niveau du chantier de microcentrale, les travaux de ces derniers mois aident à l'écoulement des crues :

    1/ Recepage, exploitation et nettoyage des berges le long de la seine, tout autour de l’ile de Verrières. Les produits d’exploitation (rémanents compris) ou été retirés de la zone inondable, augmentant ainsi le caractère inondable de l’ile et sa capacité d’évacuation qui limitent les risques d’inondation amont (= grand déversoir latéral naturel)

    2/ Renforcement de la stabilité du vannage par injection de béton dans les soubassements qui avaient été fragilisés au cours des décennies précédentes par les affouillements suite à l'arrêt du moulin

    3/ Identification des points noirs sur le chenal principal du cours d’eau, à l’aval du barrage, et exploitation/nettoyage de ces zones (ainsi que les atterrissements considérés comme entrave à l’écoulement), augmentant la capacité d’évacuation de ce chenal et limitant ainsi le risque pour l’amont (restauration du lit mineur et d’une partie de son lit majeur de ses entrave a l’écoulement)

    De nombreuses mesures préventives ont été prises

    1/ Vérification de la bonne évacuation du bois

    2/ Ouverture au maximum des vannes

    3/ Pré positionnement d'une pelleteuse sur site pour pouvoir intervenir rapidement sans être gêné par les éventuelles coupures de routes.

    L'ouverture d'une brèche dans le batardeau a été considérée.

    Les techniciens estiment que cela créerait plus de risque que de bénéfices, car dans ces circonstances l'eau s'y engouffre à grande vitesse et emporte tout type de matériaux pouvant créer des dégâts à l'aval.

    Le passage de l'eau sur l'ile qui se produit déjà est une option beaucoup plus sure.

    La situation est suivie heure par heure avec les différents interlocuteurs, qui sont fortement mobilisés sur le sujet.

    A noter que les niveaux d'eau ne peuvent pas être comparés tels quels entre différentes crues, car les sols sont actuellement gorgés d'eau donc absorbent moins que dans une autre situation.

  • mai-juin 2018 : La reprise du chantier après les crues se prépare. COmpte-tenu du niveau très haut des nappes, les entrepreneurs ont fort à faire et doivent déployer un système de pompage très puissants : 3 pompes disposées sur des radeaux et un réseau de pipelines pour évacuer l'eau.

  • 2 juin 2018 : Les engins de terrassement sont en pleine activité. (photos Jean-Pierre Guillemin avec nos remerciements)

  • 25 juin 2018 : Le béton de propreté est coulé tout au fond du trou. (photos Olivier Préaux avec nos remerciements)

  • 29 juin 2018 : Le sol est prêt pour pouvoir préparer le coffrage et le ferraillage du bas des passages d'eau.

  • 16 juillet 2018 : Le ferraillage est fini. La quantité de fer pour le béton armé a été calculée avec précision et elle est vérifiée sur site avant que le béton ne soit coulé. (photos MTBE avec nos remerciements)

  • 23 août 2018 : Des terrassements spécifiques ont été réalisés à la demande de l'Administration afin de faciliter l'écoulement des eaux en cas de crue.

  • 25 août 2018 : L'infrastructure en béton par où sortira l'eau et qui est destinée à recevoir l'aspirateur est maintenant terminée.

  • 5 septembre 2018 : tout le monde était à pied d'œuvre pour réceptionner et positionner les éléments du coude de sortie de turbine et le coffrage de l'aspirateur, avec la mobilisation d'une grande grue pour l'occasion. Bravo à tous les intervenants. (photos MTBE avec nos remerciements)

  • 19 septembre 2018 : Pendant que les travaux sur site se poursuivent, la ferronnerie est en cours de fabrication à l'usine : vannes, grille et goulotte sont fabriquées. Tout ce qui est galvanisé est terminé, et les vannes partiront à la peinture vendredi. (photos EMSD avec nos remerciements)

  • 21 septembre 2018 : Sur le chantier à Verrières, le Génie Civil avance bien. Planning prévisionnel : - semaines 37 et 38 : pose et remplissage voile préfabriqué aval (sur un tiers car coulage en plusieurs phase) ; semaines 39 et 40 : pilasse amont + radier amont.

    (photos S. Gillot avec nos remerciements)
  • 11 octobre 2018 : le chantier a bien avancé, les prémurs (murs préfabriqués) ont été positionnés et la journée est importante : un convoi exceptionnel livre le distributeur et la poulie motrice. Une grue de grande puissance a été mobilisée. Grâce au professionnalisme des différents intervenants, tous les équipements ont été positionnés comme prévu.

    (photos MTBE / D. Rutten avec nos remerciements)
  • 1er novembre 2018 : les travaux se déroulent à grande vitesse ces jours-ci : Les anciennes vannes en bois ont été complètement remplacées par des vannes neuves en acier.
    Anciennes vannes

    Nouvelles vannes

    Les passages d'eau sont maintenant bien visibles, voir le schéma ci-dessous en surimposition de la photo.

    Comme visible sur la vue d'ensemble ci-dessous, les enrochements du bord du bief ont été posés et l'aspirateur (sortie de l'eau) en béton achevé.


    Zoom sur la sortie de l'aspirateur

    La construction de la passe à poissons, qui contournera le bâtiment, a été entamée : le béton de propreté a été mis en place et le ferraillage du radier est réalisé pour moitié.

  • 12 novembre 2018 : point sur l'avancement des travaux :
    La goulotte de dévalaison a été mise en place (elle servira aux poissons qui descendent la rivière, alors que la passe à poissons à bassins successifs servira à ceux qui remontent la rivière)

    Le ferraillage de la passe à poissons est achevé :

    La vanne de garde (grande vanne en entrée de la microcentrale) ainsi que la grille fine juste derrière sont posées:

    Vue d'ensemble :

  • 30 décembre 2018 : les travaux hydrauliques sont finis et le site est prêt à être remis en eau Des enrochements ont été posés à certains endroits des biefs susceptibles de souffrir de l'érosion.

    La passe à poissons contournant tout le bâtiment a été achevée. Les plots cylindriques au fond des bassins sont des rugosités calculées pour créer les écoulements les plus propices aux poissons.

    Le vannage de régulation a été reconstruit selon l'historique, mais en remplaçant les vannes en bois par des vannes métalliques. L'amont et l'aval du vannage a été renforcé afin d'éviter les dangereux affouillements qui s'étaient produits au siècle dernier.
    Une vanne de dégravement située à droite à été ajoutée, ainsi qu'une grande vanne de garde servant à isoler la microcentrale.

    De face, on distingue de gauche à droite : l'entrée de la passe à poissons (l'entrée pour les poissons, la sortie pour l'eau); la surface supérieure de l'aspirateur ou diffuseur (c'est la sortie de l'eau qui vient de la turbine, qui se situe sous la surface); la goulotte de dévalaison ; la sortie de la vanne de dégravement; une partie du vannage.

  • 13 février 2019 : récolement de la passe à poissons : vérification par les administrations des bonnes dimensions de la passe à poissons

  • 27 février 2019 : réception du ferraillage de la dalle supérieure avant de couler le béton

  • 8 mars 2019 : fin du montage du dégrilleur en usine, avant peinture (photos EMSD / M. Diffels avec nos remerciements)

  • 25 mars 2019 : le dégrilleur est prêt à être expédié sur site (photos EMSD / M. Diffels avec nos remerciements)

  • 13 avril 2019 : les travaux de génie civil se terminent : la dalle de la microcentrale a été coulée et est maintenant sèche.

    L'emplacement de la turbine n'attend plus que son arrivée.

    La ligne électrique haute tension ainsi que la fibre optique ont été tirées.

    Le sol aux alentours a été remis en place et l'herbe replantée.

    La construction du bâtiment technique va bientôt démarrer.
  • 30 avril 2019 : la construction du local technique a démarré (photos EMSD avec nos remerciements)

    La structure jaune correspond à un futur pont roulant qui permettra de sortir les équipements pour des opérations de maintenance.
  • 4 mai 2019 : la construction du local technique se poursuit (photos Olivier Préaux avec nos remerciements)

    L'installation à gauche est un dégrilleur automatique.
  • 25 mai 2019 : la construction du local technique est terminée, les finitions sont en cours et les équipements en train d'être installés (photos MTBE avec nos remerciements)
    Le dégrilleur automatique a été installé.

    Les armoires électriques sont en cours d'installation (au fond) ainsi que le groupe hydraulique (au premier plan à droite).

    Le trou de la turbine est prêt à l'accueillir dans quelques jours.

    Le bardage bois du bâtiment a commencé à être posé.

  • Le 4 juin 2019 restera une date mémorable dans l'histoire du Moulin de Verrières.
    Dans les jours précédents, l'installation de équipement intérieur a continué de progresser, tout comme le bardage du local, comme visible sur les photos ci-dessous.


    Mais ce 4 juin est prévue une livraison exceptionnelle. Un camion manœuvre pour se positionner sur le site.

    A l'intérieur se trouve notamment une génératrice flambant neuve...

    ... ainsi que le nec plus ultra des turbines, une Kaplan "double réglage" fabriquées dans les ateliers de Watec

    Le déchargement du camion commence avec la turbine.

    C'est ensuite au tour de le génératrice d'être déchargée, avec Stéphane Gillot qui opère avec doigté aux commandes du Maniscopic.

    Les gros équipements sont maintenant dans le local.

    La génératrice est immédiatement mise en place.

    C'est ensuite au tour de la turbine :
    Son emplacement, qui avait été protégé pendant toute la durée des travaux, est vérifié par dessus et depuis la chambre d'eau.

    Ensuite commencent des manipulations compliquées en intérieur, en utilisant tour à tout le maniscopic et le pont roulant de la microcentrale.

    Au final, la turbine est parfaitement installée dans son emplacement.
    En dernier, c'est au distributeur d'être positionné par dessus la turbine. Ses volets mobiles verticaux servent à régler en permanence l'admission d'eau venant de la chambre d'eau.

    Bilan de la journée : une livraison, un déchargement et une installation parfaite des principaux équipements grâce aux talent, au professionnalisme et à la dextérité des équipes.
    Bravo aux équipes de MTBE, Watec, EMSD, Stéphane Gillot et à tous les intervenants.
  • 31 août 2019 : inauguration
    Sous un soleil brûlant, la microcentrale a été décorée des photos historiques du site et du chantier, de guirlandes et de drapeaux pour célébrer la fin du chantier ainsi qu'une réalisation exemplaire dans la transition énergétique et remercier les nombreux acteurs de ce succès.

    M. le Maire, M. Alain Peucheret, a coupé le ruban à l'issue d'une petite allocution.

    La journée s'est achevée avec les interviews pour la presse.